Printemps 2021

Comment le pouvoir d'agir des citoyens peut-il contribuer à la transformation de notre territoire dans une perspective de développement durable ?
L'association FLEUVE LOIRE FERTILE est une plateforme d'initiatives citoyennes qui apporte aux porteurs de projets des moyens pour les réaliser, dans le respect de l'homme et de son environnement.

 

Marcheurs à Saint Symphorien

Itinérances Douces Avec les Anes

Randonnée dans les monts de la Madeleine

FLF participe aux visites du Port par les élèves

FLF intervient dans les EHPAD

Romane TRONCY, Jean-Noel BOUCHER et Paul FOURNIER sont intervenus dans l'ehpad de St Alban les Eaux.

Association MONREGARD

André COUSIN donne son avis sur les nouveaux aménagements des bords de Loire
Voir l'article

Emission de Radio Val de Reins

Ecoutez l'émission avec Gaby ROCHE pour Carnet de LOIRE

https://www.rvrradio.fr/Gaby-Roche-nous-presente-les-Carnets-de-Loire.html

Emission de Radio Val de Reins

Ecoutez l'émission avec Romane TRONCY et Martine FREROT

https://www.rvrradio.fr/IMG/mp3/le_temps_des_jardins_fleuve_loire_fertile_1_-_090321_a_diff.mp3

Le BAUGYTE de Serge BULTEZ est ouvert !

Baugyte: présentation des activités autour du gite

Petit roannais numéro 300

NOETIKA LAAPS installe une scénographie urbaine

Depuis FLF Fleuve Loire Fertile (Bassin de vie du Roannais) nous opérons des "Fertilisations Croisées" chemin faisant avec d'autres acteurs processus projets ...
POUR INFO Ainsi une implication dans NOETIKA où vient de se créer un laboratoire de scénographie (au sens large .. depuis le théâtre vers de la préfiguration d'espaces ou d'événements ...) intervention dans des espaces publics ..) etc ..
Ce message pour vous faire part de la première intervention entre La Pacaudière où est implantée Noetika et la banlieue parisienne...

Petite video de 6 ' Scénographie urbaine prés de Paris
Maître d'oeuvre Santiago RADO artiste argentin "arts hybrides"

https://www.youtube.com/watch?v=mFC5LjZhYlg

Le laboratoire scénographie LAAPS installe une scénographie urbaine dans un centre de réfugiés.
Initiative de Coallia en partenariat avec l’association Le Square de Paris.

Interview de Romane TRONCY

Romane, 21 ans, est engagée en service civique, au sein de la Ligue de l’enseignement 42 et mise à disposition de l’association Fleuve Loire Fertile.

Lisez son interview sur le site des volontaires pour la ligue de l'enseignement

http://volontaires42.blogs.assoligue.org/2021/03/19/portrait-romane-sa-mission-en-trois-mots-magique-sens-du-relationnel-et-diversifie/

Chroniques d'en Haut : les gorges de la Loire

Dimanche 21 mars 2021 à 12h50 sur France 3 Auvergne-Rhône-Alpes
Chroniques d'en Haut : les gorges de la Loire

Cliquez sur ce lien pour visionner le reportage de France 3 régions https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/emissions/chroniques-haut/chroniques-haut-gorges-loire-dimanche-21-mars-12h50-france-3-1937206.html

Article suite à conférence de presse MARS 2021

Conférence de presse Mars 2021

Janvier 2021 à l 'heure du COVID-19

Les réunions hebdomadaires des jeudis et celles mensuelles des mardis ont toujours lieux, avec les distanciations bien sur.
Nous pourrions partager nos expériences, impressions, peurs, espoirs alors :
Envoyez à Jean-Marc vos textes préférés ou vos propres textes , voici les premiers témoignages
Pour stimuler vos confilectures , Georges G nous recommande :

"Imaginez les gestes barrières contre le retour à la production d'avant-crise" de Bruno LATOUR [533 KB]

Suivez les conseils phytos de Christian J en page Herboristerie

Et voila les textes perso-poético-politico de Serge B dans La Page à BUBULE

André C propose "Le trottoir ce sujet glissant" par Olivier Razemon

Livre bio en Roannais: "le-changement-par-le-menu"

Cette fois le livre est sorti
Ouvrage disponible au prix de 15.00 euros dans les librairies magasins bio et auprès de l'association Vivre Bio en Roannais

http://www.vivrebioenroannais.org/

Page facebook de "Vivre Bio en Roannais"

 

"Bougres d'anes" devient "Loire Bourgogne Rando"

Encore une bonne nouvelle :
Naissance de "Loire Bourgogne Randonnées "

C'est une agence de voyage familiale et locale née après vingt ans d'expériences dans l'organisation de randonnées avec des ânes en Bourgogne du sud, dans le Charolais-Brionnais. Pays discret du boccage, des églises romanes et de la vache Charolaise.
Forts de notre réseau de partenaires, Nous nous impliquons ensemble dans le développement d'un tourisme local et durable.

Nous organisons des séjours de randonnée pédestre, de randonnée avec un âne, de randonnée vélo ou vtt, mais aussi des balades à cheval et des séjours nature ou nous allions balade et découverte grâce à nos guides naturalistes. Nos circuits sont accessibles et adaptables quelque soit votre expérience.
Nos hébergements en chambre d'hôte, gîte d'étape ou hébergements insolites sont confortables et les tables d'hôtes à la hauteur de la réputation bourguignonne.

Alors n'hésitez pas ! Tentez l'aventure et venez découvrir notre magnifique région à une heure et demi de Lyon et deux heures et demi de Paris en TGV.

Céline Site Internet de LB Rando

 

Portraits de LOIRE : le livre est sorti !

On peut commander le livre !

https://www.editions-libel.fr/maison-edition/boutique/portraits-de-loire/

Pour ceux qui ne l'auraient pas encore commandé, le livre est en vente au prix public de 29 € auprès de l'association ou sur le site de LIBEL et bientôt dans toutes les librairies !

le livre audio dans son intégralité est maintenant en ligne sur le site "soundcloud" :

https://soundcloud.com/veronique-popinet/sets/portraits-de-loire-recits-dun-bord-de-fleuve-livre-audio

et sur le site portraits de loire : http://portraitsdeloire.fr/livre-audio/

Nos projets en cours

Itinérances Douces en Bords de Loire 2021 du 1 au 6 Juin 2021 Collaboration avec les amis du chateau de la ROCHE : "Mémoires de LOIRE" Collaboration avec "Petits Sabots et Grandes Oreilles" et "France bénévolat" pour des Randonnées Solidaires
Echanges avec la MOLDAVIE voyage juin 2021 ? Portraits de LOIRE : Le LIVRE ! et maintenant le livre audio

Nos projets en construction

Bourgades créatives LOIRE Sublime Détour Classes de LOIRE , Carnets de LOIRE Tourisme différent : notre adhésion aux "Oiseaux de passage"
       

Salon des séniors 2021 : Un stand FLF-PSGO-AACR ?

Le Liger Club d’Orléans en parle

Le Liger club s’intéresse à la Loire d’en bas ! et au récit d'un bord de fleuve

https://ligercluborleans.blog4ever.com/

Voyage solidaire en Moldavie 2019

Saison 2021
Partez à la découverte de la Moldavie en partenariat avec l’Association Fleure Loire Fertile ! Pays peu connu situé entre la Roumanie et l’Ukraine, au carrefour du monde slave, la Moldavie est un véritable trésor caché ! Nous vous proposons une immersion totale dans la culture moldave. Riche en patrimoine culturel et naturel, ce pays offre d’impressionnants monuments, des monastères orthodoxes, des petits villages pittoresques et une grande variété de paysages : montagnes, vallées viticoles, canyons sur le Dniestr… Détails

 

Quelques images des bords du PRUT

FRANCE INTER s'interesse au travail de Véronique

L'émission "Carnets de campagne" du 17 Avril 2019 , sur FRANCE INTER a interrogé Véronique POPINET sur son travail,

Ecouter l'émission

 

Colportage de plantes médicinales

5 jours de marche de Cluny à Charlieu pour redonner vie au jardin de plantes médicinales du Musée hospitalier de Charlieu.

Dans cet ancien hôpital, les soeurs hospitalières de l’ordre de Sainte-Marthe ont soigné et donné naissance aux gens de Charlieu pendant trois siècles. Les premières sont arrivées de Cluny autour de 1690…

Venez faire revivre l’histoire en ramenant 8 plantes médicinales sur les pas des jeûnes hospitalières !
5 jours de randonnée au rythme tranquille de Enâ et Samy, les deux ânes qui se partagent les plantes et nos caresses. Voilà de quoi réveiller le corps en découvrant le printemps sur les monts du Beaujolais.
Plus de détails .... affiches ... inscriptions

 

Le film sur la Loire de la télévision allemande

La télévison allemande sur les bords de Loire en Roannais !

L'équipe allemande de la SWR est tombée sous le charme de notre région... et de ses habitants !
Un film à été tourné : Die Loire - Menschen am Fluss de 90 minutes en allemand !

Un large passage est consacré au travail photographique de Véronique POPINET, à l'atelier d'encadrement sur la péniche DANTON , à notre ami C'Nabum et de belles images de Loire.

Visionnez le film

 

FLF et la transition numérique

Pour notre fonctionnement interne nous faisons pas mal de réunions variées, et nous avons entamé depuis quelques mois une "transition numérique", qui commence à porter des fruits.
Nous avons mis en place un espace digital partagé (sur Dropbox) qui nous permet d'accéder aux documents pendant les réunions, ou ailleurs, depuis nos ordinateurs respectifs. Cela nous conduit à mieux préparer nos réunions avec des documents écrits, à saisir les comptes-rendus au vol, et à mieux respecter les ordres du jour.
Nous expérimentons aussi une salle de réunion virtuelle, gracieusement mise à disposition par Tamashare, qui nous incite à encore mieux nous organiser pour gagner du temps, et des kilomètres : chacun peut participer soit dans la salle réelle, soit depuis chez soi, moyennant une connexion internet, et un apprentissage plus ou moins rapide et de plus de rigueur.

illustration :exemple Tamashare en vidéo

 

Exposition photographique et sonore

Ce projet est réalisé par Véronique POPINET, artiste photographe et Thierry MOULAT, phonographe. Interviews et portraits de ligériens, prises de vue et de son pour la constitution de paysages sonores sont les matériaux collectés pour la constitution d'une exposition photographique et sonore itinérante qui explore le lien des habitants avec le fleuve.

L'exposition à été proposé au couvent des cordeliers à CHARLIEU du 17 Juin 2017 au 17 Septembre 2017

Plus de détails

 

Portraits de loire : Article pays roannais 01/19

EXTRAITS

Partenariat avec les Amis du Château de la Roche

Nous avons toujours cherché à encourager les initiatives autour du fleuve, artistiques, historiques et culturelles.
Aussi nous avons convenu cette année en coopération avec Jean-Noël BOUCHER, un partenariat entre les Amis du Château de la Roche et Fleuve Loire Fertile
Dans une démarche "Mémoire et Citoyenneté", il aura donc pour objectifs les points suivants:

Objectifs

  • La recherche de témoignages (audio, vidéo, écrits) sur la Loire, le chateau, la construction du barrage
  • La présentation du projet de film documentaire aux différents acteurs du territoire
  • La prise de contact avec d'autres acteurs autour du même thème

Conférence sur la batellerie

Expo à Saint Priest la Roche

Tous les jeudis après midi JN Boucher sera présent

Vue de l'expo

Le Progrès ( cliquez pour agrandir)

Article du PROGRES décembre 2016

LE PAYS (cliquez pour agrandir)

Retrouvez nous sur Facebook :

https://www.facebook.com/fleuveloirefertile.flf/

Mobilités

Oublié des aménagements urbains, il est pourtant indispensable au piéton et
il favorise la convivialitéOlivier Razemon

De la terrasse ensoleillée de leurs appartements, sur les hauteurs de la
ville, ces Niçois jouissent d'une vue imprenable sur les toits, la mer bleue
et les Alpes enneigées. Mais lorsqu'ils sortent de leur résidence à pied,
l'existence leur semble plus éprouvante. La rue en lacets qui descend vers
le centre-ville n'est flanquée d'aucun trottoir, et les conducteurs des
voitures et scooters, toujours pressés, enquillent les virages à bonne
vitesse.

Deux options s'offrent alors aux piétons : marcher au milieu de la rue pour
se rendre visibles, à la merci des klaxons et des embardées, ou se coller le
long du mur, pour éviter les bolides. En pratique, pour échapper à cette
alternative insatisfaisante, la plupart de ces habitants se rendent dans le
centre-ville en voiture, un trajet de quelques centaines de mètres
seulement.

Ah, le trottoir ! Tout le monde sait ce dont il s'agit, et le terme, apparu
en français au XVIIe siècle, s'est même exporté en russe, en néerlandais, en
suédois et en indonésien. L'aménagement a pourtant connu une destinée
contrastée. Les villes romaines, comme en attestent les ruines de Pompéi,
étaient équipées de trottoirs, et même de passages pour les piétons ; puis
les bas-côtés pavés ont disparu pendant des siècles.

En France, le trottoir fit une première apparition le long du Pont-Neuf, à
Paris, construit sous le règne d'Henri IV. Il fallait protéger les souliers
des promeneurs des excréments d'animaux et autres immondices qui parsemaient
la chaussée. Mais la véritable impulsion fut donnée près de deux cents ans
plus tard, à la fin du XVIIIe siècle, lorsqu'un trottoir digne de ce nom
permit aux spectateurs de se rendre au Théâtre de l'Odéon les pieds au sec.
Cet équipement devint alors un marqueur de l'urbanité.

Toutefois, de nos jours, le trottoir fait encore défaut, et pas seulement
dans les hauts de Nice. Ou alors, il est réduit à la portion congrue, large
de 15 centimètres, encombré par des poubelles, planté d'arbres, garni de
bacs à fleurs, partagé avec une piste cyclable, parsemé de flaques d'eau ou
revêtu de pavés disjoints. Après avoir songé à lister les communes de France
où nous avons déploré un défaut de trottoir, nous y avons renoncé par
charité. Ce serait pointer du doigt quelques municipalités, alors que ces
embarras sont très répandus.

Voyez ces charmants villages de moyenne montagne, célébrés pour leur bon air
et leur ferme-auberge gastronomique, mais traversés par une ex-nationale où
filent les camions tenus de respecter leurs -délais de livraison.
S'aventurer sur l'accotement terreux, c'est sentir le souffle de ces
mastodontes. Qui oserait le faire avec un enfant dans une poussette ? Voyez
aussi ces petites villes, bourgades de quelques milliers d'habitants, dont
on loue l'architecture régionale et le marché dominical, et où les habitants
ont pris l'habitude de garer leur automobile juste devant leur porte,
occupant toute la largeur du trottoir.

Dans les lotissements pavillonnaires, vantés comme des havres de
tranquillité, les automobiles des riverains débordent des garages jusque sur
les espaces aménagés pour la promenade. Dans les grandes villes, au nom de
la « mobilité durable », ce sont les scooters, vélos, trottinettes, que l'on
pose sans vergogne sur ce bout de bitume. Pour empêcher le stationnement,
les villes ont fixé dans l'asphalte des barrières, plots ou potelets
métalliques. Un aménagement salutaire, mais qui réduit encore la largeur
utile du trottoir. On dénombre, dans la seule ville de Paris, plus de 300000potelets métalliques, que les passants ont baptisés « bittes ».

Enfin, le trottoir sert de réceptacle aux attributs de la ville moderne,
tels les panneaux de signalisation, horodateurs, tréteaux publicitaires,
bornes de recharge pour véhicules électriques, stations de vélos en
libre-service et même, souvenez-vous, les chaises et tables des cafés et
restaurants quand ils étaient ouverts… Comble de l'abnégation, il accueille
parfois des lampadaires qui servent à éclairer la chaussée mais le laissent
dans l'obscurité.

Ainsi va le malheureux trottoir, corvéable à souhait, serviable malgré lui.
Il est le mal-aimé de l'urbanisme. Même le sentier, son lointain cousin
rural, pourtant malmené par les empiétements des propriétaires privés et les
herbes folles, s'en tire mieux. « Le trottoir est un bien public très
convoité, que tout le monde, automobiliste, commerçant, livreur, voudrait
s'approprier », résume Cédric Boussuge, chargé d'études sur l'espace public
et la marche au Centre d'études et d'expertise sur les risques,
l'environnement, la mobilité et l'aménagement (Cerema). Ce n'est pas
nouveau. Après-guerre, des grandes villes avaient réduit la largeur des
trottoirs au profit de voies supplémentaires de circulation, comme avenue de
l'Opéra, à Paris.

Ce funeste destin ne surprend pas, lorsqu'on sait que le trottoir ne
bénéficie, dans le code de la route français, à l'inverse de son homologue
suisse, d'aucune définition. Publié en mai 1921, le code presque centenaire
répond essentiellement à la nécessité de régir la circulation automobile, et
considère les piétons comme des gêneurs qu'il faut éloigner du trafic.

Plus récemment, la loi de 2005 sur le handicap, célèbre pour avoir imposé
l'accès des bâtiments publics aux personnes en fauteuil roulant, instaure
des « cheminements piétons » de 1,4 mètre de large, parfois de simples
lignes peintes sur la chaussée. La loi obligeait toutes les communes à
réaliser un « plan d'accessibilité de la voirie », avant que les
municipalités de moins de 1 000 habitants en soient exemptées en 2015. Mais
ce dispositif « ne fait l'objet d'aucun contrôle », avertit M. Boussuge, en
soulignant que les aménageurs « partent du principe que le piéton
s'accommode de tout, qu'il se faufile partout ».

Les conséquences de cette désinvolture se traduisent parfois par des
accidents. Environ 500 personnes perdent la vie chaque année alors qu'elles
marchaient en ville ou sur une route. Le Cerema -estime que l'absence de
trottoir, un trottoir étroit ou la présence d'obstacle sur le trottoir sont
la cause d'environ 10 % des accidents mortels déplorés sur la voirie.

Mais s'il laisse les décideurs indifférents, le trottoir recueille de plus
en plus les suffrages des usagers, lorsqu'on leur donne la parole.
L'application Vigilo, qui permet de dénoncer et cartographier les obstacles
aux trajets à pied et à vélo, recense plus de 700 signalements de trottoirs
défaillants. « Lorsque nous menons des concertations, les -remarques sur
l'étroitesse des trottoirs, leur inconfort, l'impossibilité de s'y déplacer
en fauteuil roulant, sont fréquentes, dans les grandes villes comme dans les
villes moyennes », observe Eric Hamelin, fondateur de la société -Repérage
urbain. Et à chaque fois, précise-t-il, ces propositions rencontrent un
assentiment presque unanime des contributeurs.

Chacun peut aussi évaluer le sort du piéton dans sa ville, jusqu'au 15 mars,
grâce au « Baromètre des villes marchables », conçu par la Fédération
française de la randonnée pédestre et le collectif Place aux piétons, qui
promeut la marche urbaine. Porte-parole de ce collectif, l'urbaniste Anne
Faure espère que les résultats de la consultation, qui seront publiés en
avril, sensibiliseront les élus attachés à l'image de leur ville. « La
plupart des municipalités traitent correctement les rues commerçantes du
centre-ville. Mais les autres quartiers sont totalement négligés »,
regrette-t-elle. Le 1er mars, 53 000 réponses au « baromètre » avaient été
enregistrées.

En outre, depuis un an, la donne a changé, avec la « distanciation
physique » à laquelle nous sommes tenus. Les files d'attente, qui
s'allongent devant les magasins, confirment que le trottoir « n'est pas
seulement un lieu de passage, mais aussi un espace où les gens
stationnent », observe Mme Faure. Les mesures visant à limiter les allées et
venues, dans le temps (couvre-feu) ou dans l'espace (promenade dans un rayon
de 1, 5 ou 20 kilomètres) font grimper la cote de la proximité. Jamais on
n'a autant battu le bitume de son quartier que depuis mars 2020.

A la fin de l'année dernière, le Cerema a répertorié dans toute la France
près de 200 dispositifs visant à donner davantage d'espace aux piétons,
devant les écoles, sur des quais, dans les rues animées, voire dans
l'ensemble d'un quartier. Les bons exemples ne viennent pas toujours des
grandes villes. Un réaménagement datant de 2009 continue de faire figure de
modèle. Cruseilles (Haute-Savoie, 4 300 habitants), traversée tous les jours
par les frontaliers qui se rendent en Suisse, avait délibérément élargi les
trottoirs de la rue principale, en les dotant d'un revêtement lisse. Une
telle opération coûte assez cher et prend du temps. A Cruseilles, la
municipalité avait saisi l'opportunité de la réfection d'un pont, qui avait
coupé la circulation. Les travaux, qui ont duré quatorze mois, ont coûté 5,5
millions d'euros, sans compter la réfection des réseaux.

Mais le jeu en valait la chandelle. Le Cerema rapporte obligeamment les
réactions des riverains : « Les trottoirs larges, ça invite à la
convivialité ; on a la place de s'arrêter, de papoter », commente
un -retraité. Le trottoir, ce salon de plein air.